Annonces

Partenaires

Rechercher


Annonces

20 visiteur(s) en ligne
Aujourd'hui : 297

Unihorse > Articles, tests, cours > Choisir sa selle - Ma selle est-elle adaptée ?






Choisir sa selle

>> Auteur : Miss Tralala

Commentaires




Ma selle est-elle adaptée ?

Avant de se lancer dans un nouveau achat, notamment l'achat d'un selle, qui n'est pas une dépense anodine, il faut se poser la question du pourquoi : pourquoi veut-on changer de selle ?
Pour en avoir une seconde, dans le cas d'occasions spéciales ( concours, randonnées... ), parce que l'on n'en a pas encore (dans le cadre de l'achat d'un nouveau cheval), ou parce que l'on pense que notre selle n'est pas adaptée à notre monture...

Dans le premier cas, ayant déjà une selle adaptée, vous pouvez vous inspirer de cette dernière, en terme de tailles, pour en choisir une nouvelle.
Dans le second, c'est un achat inhérent à l'acquisition de son propre cheval, et il doit être pris très au sérieux.
Dans le dernier cas, s'assurer que notre selle n'est pas adaptée et savoir en quoi sont de bons indices pour choisir par la suite la selle la plus adaptée.

Ainsi, il faut savoir reconnaître les données qui seront indispensables pour que la selle soit parfaitement adaptée à son cheval, ainsi qu'à soi-même - car c'est aussi une donnée très importante, son propre confort à cheval. Par la suite, nous verrons aussi les types de selle que l'on peut trouver, et comment les tailles sont réparties en fonction du type de selle.


Les données essentielles à contrôler sur votre selle


  • La selle ne doit pas toucher les côtés de la colonne vertébrale du cheval.
    En effet, la colonne vertébrale est un ensemble fragile, notamment au niveau du garrot et des épines dorsales
    Image: squelette_garrot_dorsales2.png

     
  • Elle ne doit pas toucher le dessus des vertèbres ( le haut du dos ) du cheval.
    Les frottements peuvent entraîner de graves problèmes de tous types : osseux, respiratoires, musculaires, nerveux ou ligamentaires...

     
  • Elle ne doit pas venir toucher les épaules.
    Elle en bloquerait le mouvement, et le cheval tomberait dans des allures étriquées parce qu'il ne pourrait plus avancer correctement les antérieurs. Cela abîme donc les structures...

     
  • Elle ne doit pas non plus toucher les vertèbres lombaires.
    Ce sont des vertèbres qui, si elles sont trop sollicitées, entraînent de graves dysfonctions à ce niveau-là.
    Image: squelette_lombaires.png

     
  • La selle doit être équilibrée.
    Le point le plus creux de la selle doit correspondre directement avec le point le plus creux du dos de votre cheval, environs. Le couteau d'étrivière doit être placé à la même distance du creux du siège que celle entre votre appui sur l'étrier et talon, ce qui correspond à une bonne position du cavalier.

     
  • Elle doit être symétrique.

     
  • La surface portante doit être importante.
    Cela répartit mieux la pression du poids du cavalier sur le dos du cheval et ainsi permet un meilleur confort pour ce dernier, évitant de fatiguer certaines parties de son dos prématurément.

     
  • Après le travail, les traces de transpiration doivent être homogènes et symétriques.
    Une irrégularité est signe d'une mauvaise adaptation de la selle.


Chacun de ces points est indispensable à contrôler, pour éviter toute douleur voire souffrance à votre monture.


Les symptômes d'une mauvaise selle



Voici quelques pistes pour savoir si votre selle est adaptée à votre monte, ainsi qu'à votre cheval :

  • Une usure anormale du poil.
    Poils cassés, repliés, qui ne sont pas dans le sens des autres après le travail.
     
  • Des zones de transpiration non régulières.
    Après le travail, si les traces de sueur sont irrégulières - endroits qui suent fortement et au milieu, zones qui sont sèches - c'est qu'il y a des points de compression bien plus importants qui peuvent empêcher la sudation.
     
  • Les poils blancs.
    Ils sont souvent dûs à un manque d'irrigation des tissus sous la compression de la selle. Cependant, si la cause est éliminée, les poils peuvent reprendre leur couleur d'origine lors de la mue suivante.
     
  • Les gonfles ou oedèmes.
    Qui sont dûs à une compression trop importante suivie d'une inflammation des tissus à un endroit précis.
     
  • Les blessures.
    Elles apparaissent généralement au niveau du garrot.
     
  • Les atrophies musculaires.
    Elles détruisent le muscle à cause d'une trop grande compression prolongée et récurrente, qui réduit ou stoppe d'afflux sanguin. Attention cependant, l'atrophie musculaire ne vient pas nécessairement d'une mauvaise selle, cela peut aussi venir d'une mauvaise équitation.


1  2
 page suivante > >

Poster un commentaire
Pseudonyme :
Mail (facultatif) :
Titre du commentaire :
   
Hauteur de la zone de saisie :     ||         ||     Uploader une image

code_image

Changer le code

Surveiller les réponses

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article !