Annonces

Partenaires

Rechercher


Articles liés
Articles de la même catégorie :
Annonces

19 visiteur(s) en ligne
Aujourd'hui : 33

Unihorse > Articles, tests, cours > Vétérinaire - Qu'est ce qu'un vétérinaire?






  >> Sommaire :  >>

Vétérinaire

>> Auteur : Chamallow

Commentaires




Qu'est ce qu'un vétérinaire?

Image: service-veterinaire_articlewide.jpg

"Maman, plus tard, je serai vétérinaire!"

Cette phrase est très courante dans la bouche des enfants et des adolescents, qui voient dans ce métier le cursus idéal pour ceux qui aiment les animaux. Beaucoup pensent que "docteur des animaux" est le métier parfait. Mais, parmi toutes ces vocations naissantes, peu tiendront jusqu'à l'obtention du diplôme. Le métier de vétérinaire est un métier exigeant de celui qui le pratique une vraie vocation, car il est difficile d'y accéder, et parfois également de le pratiquer au quotidien.
Cependant c'est un métier plaisant, gratifiant pour qui l'aime, et porteur de nombre de satisfactions. Il faut juste aimer faire ce qu'on fait...
Pour ceux qui se questionnent au sujet de ce métier, ou ceux qui aimeraient en faire leur travail, nous allons voir dans cet article ce qu'est un vétérinaire, les qualités nécessaires, les études à suivre, les débouchés et la vie d'un vétérinaire.

Qu'est ce qu'un vétérinaire?



Un métier remontant à l'Antiquité


Chez les Grecs antiques, on trouve des références aux vétérinaires, alors nommés hippiatres, dans des textes datant d'avant Jésus-Christ. La médecine animale existe depuis cette même période, et a toujours évolué en parallèle de la médecine humaine. Hippocrate y faisait déjà allusion. Galien donne une description de la rage, Columelle a rédigé un traité d'agronomie. Cependant, les premiers réels vétérinaires sont apparus vers le IVème siècle de notre ère. A cette époque vivait Apsyrte, considéré comme le père des vétérinaires. La médecine vétérinaire a ensuite continué à progresser avec la connaissance des maladies humaines et de leurs traitements, si bien qu'aujourd'hui les deux médecines sont presque au même niveau, à quelques années d'écart.
Le vétérinaire est essentiel pour les propriétaires de chevaux et d'autres animaux. C'est littéralement le professionnel de l'animal, tant sur le plan psychologique que physiologique. Dans l'univers du cheval, il est moins sollicité pour des problèmes de comportement que chez le chien ou les carnivores domestiques et NAC.
C'est, littéralement, le seul habilité à pratiquer un acte vétérinaire, à savoir une opération chirurgicale, une injection autre que sous-cutanée, pour laquelle certains éleveurs peuvent se débrouiller seuls, mais aussi une prescription. Ses connaissances sur l'animal et ses compétences en font quelqu'un d'indispensable pour qui possède un animal.

Un métier à plusieurs facettes


Le vétérinaire, en particulier le vétérinaire rural ou équin, ne passe pas ses journées derrière un bureau. Son métier se pratique debout, que ce soit en cabinet ou en extérieur, et avec des animaux. Il doit donc connaître et savoir interpréter les réactions de ses patients, être capable également de maîtriser un animal récalcitrant sans le blesser ni l'effrayer, mais aussi rassurer ou, du moins, ne pas stresser davantage l'animal déjà éprouvé par l'environnement particulier ou les soins. Les animaux qui ont mal ont des réactions vives, et le vétérinaire doit être sans cesse sur ses gardes, sous peine d'être parfois blessé.
Les opérations chirurgicales, ou les soins, demandent un certain doigté et une grande précision. Les connaissances à avoir sont nombreuses et le vétérinaire doit également être au fait des nouvelles technologies. C'est donc une personne dotée d'une bonne mémoire, capable de sans cesse se remettre en question face à un cas difficile. Il doit aussi être capable d'établir des relations entre différents symptômes, afin d'établir au plus vite un diagnostic précis. Il faut être curieux et aimer la recherche, accepter aussi l'idée qu'on puisse faire des erreurs.
Une bonne condition physique est conseillée. Hisser un chien sur une table d'examen, le tenir, maîtriser un cheval avec calme, imposer l'immobilité à un animal agité nécessitent une force physique relative, mais surtout un bon "feeling" avec les animaux. D'autre part, et particulièrement sur le cheval, les opérations chirurgicales longues -parfois 5 à 7h- imposent une grande capacité de concentration, et une certaine résistance à la fatigue.
Enfin, et ce n'est pas le point le moins important, le métier demande une certaine capacité à gérer les relations humaines. Il faut aimer, non seulement parler aux gens, mais surtout les écouter, car ils viennent parfois aussi pour se confier. Il faut qu'il sache poser les bonnes questions au bon moment, pour obtenir tous les renseignements possibles. Il doit être didactique, capable de parler d'une maladie complexe à un client, d'expliquer le pourquoi et le comment d'un traitement, ou juste conseiller cette personne. Il doit aussi pouvoir gérer, par exemple, un client mécontent, ou une euthanasie, moment souvent très délicat, mais également un client méfiant, en d'autres termes, les situations de conflit.

En résumé, un bon vétérinaire est donc quelqu'un qui aime et connaît les animaux mais sait se tenir sur ses gardes, quelqu'un avec un esprit curieux, ouvert, capable de se remettre en question. C'est quelqu'un en bonne forme physique, capable de se concentrer longuement. Il doit également aimer le contact avec le client.

Devenir vétérinaire



Les écoles vétérinaires


Il existe quatre écoles nationales vétrinaires (ENV). L'ouverture d'une cinquième est envisagée à Metz. Ces quatre écoles sont:


Elles sont accessibles sur concours. Les places en sont extrêmement limitées, de l'ordre de 400 places pour environ 2000 inscrits. Les candidats doivent avoir un profil scientifique, mais en réalité, pour obtenir un bon classement et faire la différence, il faut être relativement polyvalent et aussi bon dans les matières littéraires que scientifiques.

Quatre façons de devenir vétérinaire


Il existe quatre concours différents.

  • Le concours A est ouvert aux élèves titulaires d'un bac scientifique, après deux ans de classe préparatoire BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre). Cette même classe préparatoire permet d'accéder au concours des grandes écoles agronomiques. Le concours A est celui qui offre le plus de places. Il peut être tenté deux fois seulement par les candidats. L'admission en classe préparatoire se fait sur dossier en milieu d'année de terminale. Mieux vaut avoir un excellent dossier, et regarder les résultats au concours A des prépas visées.
  • Le concours B est ouvert aux titulaires d'un DEUG B. la sélection est draconienne et très peu de personnes y sont prises.
  • Le concours C est ouvert aux titulaires d'un DUT ou BTS. Ici aussi, les places sont peu nombreuses.
  • Le concours D est ouvert aux élèves de médecine et de pharmacie ou de dentisterie. Cependant et en moyenne, seules deux places sont attribuées par an

Il s'agit donc d'un parcours assez élitiste et dans tous les cas, difficile. Mieux vaut être motivé et travailleur. L'aspirant vétérinaire doit prouver sa capacité à mener un raisonnement scientifique et à intégrer une grande quantité de connaissances.

Une fois en école...


Le plus difficile n'est pas réellement fait. Les études en école vétérinaire durent 5 ans au moins.
Les quatre premières années sont consacrées à un tronc commun de la formation vétérinaire, sanctionné par le Diplôme d'Etude Fondamentale Vétérinaire. La formation est à la fois théorique et clinique puisque les élèves suivent et effectuent des consultations, notamment, les écoles vétérinaires acceptant des clients.
La dernière année est consacrée au choix d'une orientation, d'un approfondissement dans l'une des six filières proposées:

  • Clinique des animaux de compagnie (médecine dite "canine")
  • Clinique des équidés (médecine dite "équine")
  • Clinique des animaux de production (médecine dite "rurale")
  • Santé publique vétérinaire
  • Recherche
  • Initiation aux métiers de l'entreprise

Pour les trois filières cliniques, consacrées aux soins des animaux, l'année se clôt par la soutenance d'une thèse, qui permet d'obtenir le doctorat d'état en Médecine Vétérinaire.

Après avoir obtenu ce diplôme, l'élève peut faire un internat, ou un résidanat. L'internat est suivi souvent de deux ans de résidanat. Il s'agit d'une formation de haut niveau dans une des trois filières cliniques (canine, rurale, équine). Elle est globale et ne prépare pas à un diplôme de spécialiste.

Le résidanat permet, par le biais d'un concours européen, d'obtenir un diplôme de spécialiste dans une discipline clinique précise.

Certaines voies de spécialisation nécessitent aussi la préparation d'un Certificat d'Etudes Approfondies Vétérinaires (CEAV) suivi d'un Diplôme d'Etudes Spécialisées Vétérinaires (DESV), en 2 ou 3 ans, qui permettra alors de suivre certaines spécialisations non accessible de suite.

Enfin, les vétérinaires titulaires d'un Master peuvent préparer une thèse de Doctorat d'Université, qui pourra leur ouvrir les portes de grands organismes de recherche tels que l'INRA, l'INSERM, le CNRS.

Débouchés



Cliniques


Le vétérinaire peut pratiquer dans trois domaines, à savoir rural, dédié aux animaux de ferme et de production, canin, concernant les animaux de compagnie, carnivores domestiques mais aussi NAC, et équin, dédié au cheval. Rares sont les vétérinaires qui pratiquent une médecine uniquement équine, beaucoup sont mixtes, à la fois équins et canins ou ruraux et équins. Il s'agit d'un métier de soins mais aussi de conseil. Le vétérinaire joue un rôle dans la prévention des épidémies.

Dans l'industrie


Le vétérinaire peut aussi exercer dans l'industrie pharmaceutique, où il a sa place dans tous les secteurs, mais également dans l'industrie agroalimentaire. C'est alors lui qui contrôle la qualité et les mesures d'hygiène à tous les niveaux de la chaîne alimentaire. Le cachet rouge sur le morceau de viande que vous achetez provient d'un vétérinaire!

Recherche et enseignement


Le vétérinaire peut, après le soutient d'une thèse particulière, devenir chercheur au sein de l'INRA, de l'INSERM et du CNRS. Il peut également choisir de s'orienter vers l'enseignement et devenir enseignant-chercheur dans une des ENV.

Inspection et Armée


Les vétérinaires inspecteurs agissent au niveau de la protection des animaux, de la santé, de l'hygiène alimentaire, de la protection de l'environnement. Ils contrôlent les importations, surveillent la qualité des aliments d'origine animale ou l'alimentation en restauration collective, et enfin jouent un rôle dans le cas d'épidémies.
Les vétérinaires au sein de l'armée assurent la sécurité des aliments en vérifiant l'hygiène alimentaire, peuvent aussi effectuer des soins sur les animaux militaires, et participer à des opérations de police sanitaire. Enfin, les vétérinaires sapeur-pompiers, soit pompiers volontaires, travaillent en plus de leur métier initial à la protection des personnes, des animaux et de l'environnement, comme tous les pompiers volontaires.

La vie active



Structures


Un vétérinaire peut travailler en clinique, en tant que salarié, mais aussi en cabinet. Un jeune vétérinaire installé à son compte, en libérale, ne gagne parfois que le SMIC. Mais le salaire peut ensuite augmenter en fonction du nombre de consultations. Un vétérinaire avec une clientèle bien établie gagne en général sa vie de façon correcte.
Un salaire moyen de vétérinaire en clinique est de 3500 à 4000€ suivant les compétences de la personne, son ancienneté, ses diplômes.
Un vétérinaire équin ou rural peut connaître des difficultés particulières, surtout pour les vétérinaires équins: les frais engagés sont tels qu'il peut tout simplement s'avérer difficile de se faire payer.

Horaires et conditions de travail


Soyons honnêtes: en libérale, un vétérinaire ne doit pas espérer faire les 35h. Les journées de travail et les horaires sont déterminés par le vétérinaire, il est seul maître à bord. Cependant, en règle générale, on peut dire que les vétérinaires libéraux, en animaux de compagnie, travaillent 7h par jour en consultation, en moyenne, auxquelles on ajoute les heures de comptabilité, de paperasse indispensables.
En clinique, les vétérinaires peuvent être mieux lotis. Ils doivent cependant parfois faire des gardes de nuit, afin de gérer les urgences.
Mais il s'agit néanmoins d'un métier physiquement difficile, fatiguant, et aux horaires exigeantes.



Le métier de vétérinaire peut-être considéré comme un sacerdoce. Pour beaucoup également, il reste un rêve, car il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus, le métier est réservé à une certaine élite. Les études sont ardues et longues, mieux vaut s'armer de courage et de motivation, et les horaires peuvent par la suite, selon la voie choisie, se révéler contraignantes.
Cependant, c'est un métier qui apporte nombre de satisfactions. Que dire d'un cas difficile réglé? De la reconnaissance des clients? La relation avec eux, aussi? Et puis, le contact avec l'animal, naturellement, a son importance. Enfin, il satisfait tous ceux qui ont le goût de la recherche et de la médecine. Difficile, le métier se révèle passionnant pour ceux qui l'aiment, et sans cesse différent.
Plus qu'un métier, plus qu'un travail, être vétérinaire est une vocation, voire une passion. Si c'est la vôtre, pourquoi ne pas tenter l'aventure?

Poster un commentaire
Pseudonyme :
Mail (facultatif) :
Titre du commentaire :
   
Hauteur de la zone de saisie :     ||         ||     Uploader une image

code_image

Changer le code

Surveiller les réponses

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article !