Annonces

Partenaires

Rechercher


Articles liés
Articles de la même catégorie :
    Annonces

    18 visiteur(s) en ligne
    Aujourd'hui : 652

    Unihorse > Articles, tests, cours > La carrière et le jeune cheval - Les Exercices pour travailler dans le calme et correctement






    La carrière et le jeune cheval

    >> Auteur : Miss Tralala

    Commentaires




    Les Exercices pour travailler dans le calme et correctement

    Améliorer le contact, la direction et la position du cheval



    Le contact avec la bouche du cheval est primordial dans toute équitation. Plus vos demandes seront précises et douces, plus le cheval aura envie d'y répondre et non d'y résister. Une bouche sensible permet d'avoir un cheval à l'écoute, prêt à réagir au quart de tout à la moindre sollicitation, du moment qu'elle est bien exécutée et demandée.

    Les premiers exercices à demander à son cheval sont des exercices simples et concis, où le cavalier doit rester calme et transmettre ce calme au cheval, qui apprend. Des exercices qui ne demandent pas une grande précision, et une petite amplitude de mouvement, mais qui font que le cheval doucement va venir totalement à l'écoute de son cavalier et faire les choses telles qu'il le faut pour lui, et de manière à ce que cela soit bon pour sa morphologie.

    Ainsi, pour acquérir un minimum de précision et de direction, on va commencer par intriguer le cheval sur des objets étalés sur le sol, autour desquels on va venir le faire tourner doucement, toujours dans le calme et la décontraction, du côté cavalier ou cheval. Lorsqu'il va commencer à comprendre qu'il peut tourner de lui-même autour des objets et non pas passer par dessus par manque de précision de la part de son cavalier, vous pourrez entamer l'exercice suivant, à savoir le faire passer entre des plots pour que vous et lui sentiez le mouvement à prendre pour parvenir à changer de direction subtilement. Si vous disposez de plots de signalisation, ou d'autre chose qui peut servir de la même manière, vous pouvez occasionner des parcours ludiques pour votre cheval, mais pour l'instant pas de slalom : cela ne sera que lorsque vous aurez une direction plus franche et précise que vous pourrez demander des changements de main dans les slaloms.

    Image: exercicedirection1.jpg

    Pour commencer faites les courbes simples, et en sortant des portes de plot, enchaînez sur des cercles larges, que vous réduirez de plus en plus par la suite, lorsque votre cheval va acquérir souplesse et réactivité à la demande de changement de direction. Bien vite, vous allez vous rendre compte que le cheval va se prendre au jeu, et l'esprit dans lequel il sera vous permettra de progresser encore plus vite avec lui.

    Lorsque les premiers exercices simples sont acquis chez le cheval, qui doit toujours les effectuer dans le calme et la détente, vous pouvez entamer les autres exercices, plus compliqués à envisager pour votre monture : les slaloms.

    En effet, il est plus difficile au cheval d'envisager les slaloms car il n'est plus aussi "encadré" qu'avec les portes de plot, dans lesquelles il passait jusque là, puisque les portes sont alors en quelque sorte "emboîtées" les unes dans les autres. Le cavalier doit donc être plus explicite dans ses demandes et surtout aller lentementau début, dans l'allure, mais avec impulsion tout de même.

    Au début, optez pour un slalom simple, avec les quilles alignées pour mettre votre cheval dans l'ambiance et lui faire comprendre le nouveau mécanisme. Puis, lorsqu'il est à l'aise sur le slalom simple, vous pouvez écarter les plots les uns des autres, de manière transversale, pour que les tournants soient plus courts et compliqués à aborder.

    Image: exercicedirection2slalom.jpg

    Mais n'oubliez surtout pas... Il ne faut jamais aller trop vite ! Veillez toujours à ce que votre cheval aie bien assimilé l'exercice précédent avant d'en entamer un nouveau et plus compliqué, sinon vous blaseriez votre monture, ce qui n'est pas conseillé chez un jeune cheval avec une carrière en carrière...

    Ces exercices sont à appliquer durant plusieurs séances, pour un acquis complet. Néanmoins, selon le cavalier et son attitude, le cheval peut réagir différemment en se défendant tête en haut, ce qui n'est pas bon. Au contraire, avec les changements de direction, le cheval doit venir se poser sur le mors avec légèreté. Il ne faut pas oublier non plus de veiller à l'impulsion, car sinon le cheval va venir s'encapuchonner, et c'est mauvais pour son dos et ses muscles !

    La souplesse, toujours plus



    Pour travailler la souplesse du cheval, rien ne vaut le travail sur deux mains. Néanmoins, avec un jeune cheval, on ne peut se permettre d'exagérer sur ce point, car sinon il risque de se faire mal au dos, avec la croissance qui ne serait pas encore tout à fait terminée. Pour commencer, la souplesse s'acquiert à l'arrêt, dans le calme et la douceur. Lorsque votre cheval est arrêté, demandez-lui une flexion d'encolure de chaque côté, pour que sa tête tente de venir toucher votre pied, ou remonte le long de votre jambe. Plus il viendra sur le côté et haut, plus il développera sa souplesse naturelle.

    Pour le pas et le trot, l'amélioration de la souplesse commence par la flexion d'encolure, sans que le cheval ne suive le bout de son nez, mais continue d'avancer droit. Il faut toujours équilibrer les séances pour que votre monture travaille autant d'un côté de que l'autre, pour ne pas créer un déséquilibre des muscles. Pour réussir à avoir un cheval qui va venir fléchir son encolure sans suivre son nez, il faut commencer à le faire sur un cercle, en exagérant un peu au niveau de la tête l'incurvation. Peu à peu, vous pourrez aller sur un huit, jusqu'à réussir à faire la même chose sur une ligne droite.

    Par contre, au galop, cela reste légèrement plus complexe à faire, un tel exercice. Le mieux, à cette allure, est de travailler sur des cercles que l'on va agrandir et rétrécir et avec les mains, et avec les jambes, pour que le cheval se porte tout entier sur la nouvelle courbe qu'on lui trace.

    Attention, ces exercices doivent toujours être faits dans l'impulsion et le calme, sinon ils vont créer des tensions, et lorsque le cheval est tendu, il n'est plus souple par simple définition. Le raidissement naturel du cheval est mauvais pour son dos, et peut engendrer des complications qui vous demanderont des frais en plus, en faisant venir le vétérinaire ou l'ostéopathe...

    Calme et patience...



    La seule chose à ne pas oublier lorsque l'on travaille un jeune cheval est de travailler avant tout dans le calme et la décontraction. Sinon, le cheval se braque et il n'assimile pas les exercices, et même peut ainsi se faire mal et avoir des séquelles. Il vous faudra plus ou moins de temps, suivant les chevaux, leur caractère et leur vécu, pour parvenir à avoir un bon cheval sous la selle et à l'écoute du cavalier, mais qu'importe le temps, tant que le cavalier respecte son cheval et que le cheval respecte son cavalier, car c'est la clé de toute équitation...

      1  2  34
    < < page précédente 

    Poster un commentaire
    Pseudonyme :
    Mail (facultatif) :
    Titre du commentaire :
       
    Hauteur de la zone de saisie :     ||         ||     Uploader une image

    code_image

    Changer le code

    Surveiller les réponses

    Aucun commentaire

    Soyez le premier à commenter cet article !